Une histoire de Bistronomie!

économiste-bistrot-3

La France – Pays de la romance, de l’art, de la mode mais aussi de la bistronomie!
Brasserie, Bistro(t), zinc, troquet … Autant de termes qui nous sont bien familiers car souvent utilisés mais jamais réellement définis! Il serait donc bon d’enfin connaître la différence entre chacun de ses lieux dits de « sociabilité »!

Chéri(e) … On dine où ce soir?

Abordable, véritable havre du « typiquement français », ces lieux sont bien connus des français et  recherchés par les millions de touristes qui viennent chaque année en France. Mais connaît-on leurs origines et leurs histoires? Un petit flash back semble de rigueur …
Tout a commencé au XVIIème siècle dans l’espace euro-méditerranéen : les premiers « cafés » ouvrent pour servir une nouvelle boisson venue d’Ethiopie et du Yémen, une boisson noire préparée à la mode « turque ». En Europe, les cafés sont rapidement devenus des lieux de consommation de boissons alcoolisées et de là sont nées les différentes appellations que nous retrouvons aujourd’hui en France : « bar« , « bistrot », « zinc » ou encore « troquet ». Mais pourquoi autant de noms pour un seul et même lieu me direz-vous? La réponse est bien simple : La cuisine qu’on y sert les rapproche mais tout le reste les sépare! Vous ne me suivez pas? Prenons les définitions de chaque lieu :

Bistrot (ou Bistro) : ce mot est apparu à la fin du XIXe siècle. A cette époque, le bistrot était un espace où l’on venait faire une pause après une longue journée de travail et avant de rentrer chez soi. On s’offrait alors un Lillet (un apéritif à base de vin produit à Podensac, près de Bordeaux), un Quinquina (un apéritif à base de vins aromatisés à l’écorce de quinquina) ou un vin cuit (une tradition de Provence). La clientèle y était mélangée, mais à grande dominante populaire: ouvriers, paysans, employés et y servir des repas était loin d’être le but premier. En effet, les gens qui faisaient la cuisine étaient des aubergistes de fortune, souvent la femme du bistrotier qui allait chercher dans sa cuisine de quoi nourrir l’appétit de ses clients. Au fil du temps, le terme Bitrot est entré dans le langage populaire pour désigner le restaurant tout comme le zinc en référence au matériau utilisé pour le comptoir. Tout dans ce lieu n’est que convivialité et partage : de son ambiance chaleureuse à sa cuisine dite « spontanée » et « sans rendez-vous » mais qui n’a rien à enviée aux tables ou restaurants étoilés.

bistrot

Brasserie : Étymologiquement, une brasserie est un lieu où l’on fabrique la bière, où on la « brasse », elle est aussi décrite comme un  » établissement où l’on consomme de la bière, et où l’on peut également se faire servir des plats froids ou chauds rapidement préparés. » La plupart se sont installées à Paris après la guerre de 1870 et servait des plats en continu qu’on pouvait déguster à la volée ou en s’attablant. Devenue avec le temps l’emblème de la restauration et de la gastronomie française, la brasserie est l’une des plus grandes institutions culinaires et sociales de notre pays avec des plats typiques tels que l’Oeuf Mayonnaise, le Croque Monsieur, Le steak-frites ou encore le Baba au Rhum … le tout toujours accompagné d’un vin au pichet!

0acd7cdb-4c51-458a-ac2a-96ded9e01191


Et vous, êtes-vous plutôt brasserie ou bistrot? 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *