(V)IVRE : Cuisine haute couture pour le nouveau restaurant de Caroline Savoy

restaurant-VIVRE-couv
Pinterest

En plein coeur du 2ème arrondissement de Paris, au numéro 3 de la rue de la Michodière s’est installé il y a un peu plus d’un mois le nouveau restaurant de Caroline Savoy : (V)IVRE. Une délicieuse découverte tant pour les papilles que pour les pupilles que j’ai eu envie de vous partager juste ici.

(V)IVRE est né suite aux tragiques événements qui ont frappé la France le 13 novembre 2015. Caroline Savoy et son ami Bruno Blain ont décidé de créer un lieu unique. Il Faut Vivre et continuer à se faire plaisir entre amis, en famille ou à deux autour de délicieux vins et autour d’une bonne table.  Un pari réussi grâce à une  atmosphère intimiste, calme et apaisante dans une salle où l’on se sent bien et à l’aise comme chez soi ou chez des amis.

Fille du grand chef étoilé ( 3*), Caroline Savoy connait la cuisine et la gastronomie. Comme elle le dit si bien  » Je porte cet agréable et formidable héritage d’un papa qui consacre sa vie à recevoir ses convives pour offrir des instants uniques d’humanité et de civilité ».
Bruno Blain, connait lui aussi la gastronomie et le savoir-faire des producteurs. Élevé dans la région de Sancerre par un grand-père entrepreneur et vigneron à ses heures perdues , il est passionné par la cuisine mais aussi par le vin et le whisky.
Un duo passionné qui fonctionne à merveille lorsqu’il s’agit de placé le convive au centre de l’expérience culinaire et vinicole proposée au restaurant.

En cuisine, la brigade est entièrement féminine et comme le dit à juste titre Bruno Blain avec une pointe d’ironie et à juste titre :  » On a remis la femme (chef) à sa place ». Le pari est réussi ! 3 femmes de talent subliment tous les jours les produits et proposent une dégustation pleine de couleurs et de saveurs.
Charlotte Thiercelin, la chef du restaurant est secondée par Valentine Guénin et travaille avec Virgilia Lebigre, la chef pâtissière. Pleine d’énergie et d’envies, elles ont toutes trois été séduites par les valeurs d’authenticité et de partage que proposent de vivre le restaurant.
En cuisine, elles ont une règle d’or : Travailler le produit en toute simplicité et mettre en valeur les hommes et les femmes qui le subliment.

restaurant-VIVRE-équipe

Une règle d’or que respectent à la lettre Bruno Blain et Caroline Savoy qui m’ont servi pendant tout le repas. Ils mettent tous les deux un point d’honneur à parler des producteurs avec lesquels ils travaillent au moment de présenter les plats. Merci pour cette initiative !

C’est la France qui est mise à l’honneur à travers les produits et les producteurs proposés à la carte du restaurant (V)ivre. Le pain est cuit sur place et provient de la Maison Bon à Paris dans le 17ème. Les fromages proposés ont été crées par des producteurs de toute la France : Les crottins de Chavignol viennent de la Ferme de Bailly/ Blain, le Saint-Nectaire de la Ferme Bertinet à Picherande.
Les légumes sont cultivés et cueillis au Jardin d’Élise et Thierry Riant dans les Yvelines, la pêche de la Côté Atlantique est rapportée par Tom Saveurs et le sel par exemple provient directement de Noirmoutier.

Une carte qui donne aussi la part belle aux vins. Impossible de ne pas remarquer le jeu de mot dans le nom du restaurant. Attention, l’abus d’alcool es dangereux pour la santé. Bruno parcourt les vignobles pour dégoter les vins les plus surprenants, qui ont une histoire à raconter. Une histoire qu’il raconte pour chacune des bouteilles qu’il propose toujours en évoquant la rencontre marquante qu’il a vécu avec le producteur.

À la carte, la chef du restaurant propose 3 entrées, 3 plats et 3 desserts. Pour ma part j’ai pu débuter cette dégustation avec La Saint-Jacques.
Juste snackées et accompagnées d’une purée de Cèleri fumé et de Cèleri rôti, les Saint-Jacques étaient parfaitement saisies, le mélange de textures était très intéressant et l’ensemble dressé comme une oeuvre d’art.restaurant-vivre-st-jacques

Le boudin proposé à la carte et entièrement fait maison était aussi une véritable expérience. Fondant, relevé et délicieusement parfumé.
restaurant-vivre-boudin

J’ai ensuite continué ma dégustation avec le Cochon, accompagné de betteraves en deux textures : purée et glacées, de lentilles et d’un condiment aux câpres. Le cochon était fondant et caramélisé. Le mariage de la betterave et des lentilles fonctionnait à merveilles et les câpres ajoutaient un pincée d’exotisme à l’ensemble.  Copieux et gourmand à souhait, cela ne m’a pas empêché de loucher sur les assiettes de mes compères qui eux ont choisi le boeuf, en paleron, accompagné d’un jus corsé, de pommes de terres fondantes et salsifis. Je n’ai pas résisté à l’envie d’y goûter… et quel bonheur. Le boeuf était confit après 13h de cuisson, tendre et fondant et croustillant à l’extérieur !

restaurant-vivre-cochon

En dessert, j’ai préféré déguster une assiette de fromages, issus des petits producteurs sélectionnés avec amour et passion par Bruno Blain et Caroline Savoy. Gros coup de coeur pour le fromage appelé le FROMNI par Bruno Blain ou fromage Non Identifié, à mi chemin entre la vache et la brebis. Surprenant et délicieux !

restaurant-vivre-fromage

J’ai tout de même mis mes papilles en ébullition en goûtant au dessert Le Café présenté comme un croustillant de chocolat, café & noisettes, une glace café et une ganache montée au café. Le mélange des textures était un véritable bonheur pour les papilles !

restaurant-vivre-café

3 rue de la Michodière
75002 Paris

 

Merci et Bravo !

Pour découvrir le site internet c’est ici : www.restaurant-vivre.com
Pour suivre les actualités Facebook c’est là : www.facebook.com/restaurantVivre

 

Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *